Transcultura

http://www.transcultura.fr

Ma photo
Nom :

L'Institut International Transcultura est un réseau universitaire international, créé en 1988, sous la forme d'une association (loi 1901).

20 novembre 2006

Lettre aux participants du symposium Bozar (Bruxelles 24 Nov.)

Université Paris 8

2 Rue de la Liberté 93526 Saint Denis Cedex
Institut International Transcultura

Paris, 6 Octobre

Le Président

Dear friends,

Thank you for your support and cooperation in preparing actively our Bruxelles symposium.

Prof Arora and I are very thankful for all you have done, in such a short time, to make this meeting, we believe, a great debate.

Please find, attached, the programme of the Symposium.

Could we ask you to help to complete it still a little more, in providing us, and the organizers of Bozar, with two more items (for each of the two co-responsibles of each session:):

1- a short 2 or 3 lines about the topic of your presentation (either in the case of a short formal presentation , or in the case of a non formal participation to the debate)

2- in issuing two questions regarding the session you will co-organize, that you think relevant, and challenging, in order to inform and involve the public.

Those questions will be exchanged with your European or Indian partners. They will be entered in the Palais des Beaux Arts Web site and put into the programme. They will be presented, orally, to the audience, in the Introductive session, at the beginning of the Symposium.

We’ll have the opportunity to talk about it, all, in Bruxelles, on Nov 23rd during the dinner will have together with Prof. Umberto Eco.

Looking forward to meet you and with all our thanks, and best wishes for a good trip to Bruxelles

Yours

Alain le Pichon

President of Transcultura International institute

----------------------------------------------------------

Chers Amis,

Merci pour votre aide et votre active coopération dans la préparation du Symposium de Bruxelles. Le Professeur Arora et moi-même vous sommes très reconnaissants de votre disponibilité et de votre participation pour assurer, dans ces délais, le succès de ce débat, dont vous trouverez, ci-joint, le programme.

Pouvons nous vous demander, pour le compléter, de bien vouloir nous apporter encore votre aide, sur les deux points suivants (pour chacun des deux responsables des chacune des sessions, mais aussi pour les autres intervenants, s’ils le souhaitent) :

1- En rédigeant deux ou trois lignes sur le sujet de votre intervention (pour ceux d’entre vous qui prévoient une intervention formelle, mais nécessairement brève, ou dans le cas d’une participation informelle au débat.

2- En formulant deux questions qui vous paraissent importantes pour le débat de la session qui vous concerne, questions destinées à informer et à préparer le public au débat.

Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir échanger ces questions avec votre (vos) partenaire (s) Indien ou Européen. Elles seront également communiquées aux participants Chinois,Iranien et Africain, comme à tous les intervenants, publiées sur le site web des Beaux Arts et présentées au public dans la session d’ouverture du Symposium.

Nous aurons l’occasion d’en parler lors du dîner organisé le 23 par nos hôtes du Palais des Beaux Arts.

Avec encore tous nos remerciements,

Bien amicalement

Alain le Pichon

--------------------------------------------------------------

Symposium Transcultura India/Europe: ‘Strategies for Reciprocal Knowledge’

TRANSCULTURA

Institut International Transcultura

Observatoire Transculturel Indien

Internal Working Document: 2 Nov 06

Symposium Transcultura India/Europe: ‘Strategies for Reciprocal Knowledge’

Bozar, Brussels 24 November 2006

0930 -1000: Registration:

1000 -1115: Inaugural Session

Welcome: Bozar

Chair: Umberto Eco

Speakers: Umberto Eco, Herve Juanjean (Chief External Relations EU, title to be checked), Balveer Arora, Alain le Pichon

Umberto Eco: Opening Lecture (Key speech)

1115-1130: Break

1130-1245: First Thematic Session: Reciprocal Knowledge

This theme will deal with the question of reciprocal knowledge, highlighting the originality of the Transcultura approach. Sociological, anthropological and historical perspectives would be given prominence under this theme. It will focus on:

· The importance of taking into account the non-European gaze in East-West relations

· The principal of Reciprocity

This theme envisages the participation of non-Indian/non-European researchers who will share their ‘vision’ of India and of India/Europe relations. Indian and European researchers would attempt to situate these questions from the point of view of existing scientific knowledge. This triangular configuration of participants will be taken up for the second and third themes too, in a similar perspective

Key Concepts: The key concepts would be ‘knowledge’ and reciprocal knowledge, but also harmony (including order and disorder/chaos)

Co responsables/Joint Coordinators: Alain le Pichon et Dhruv Raina

Indian Participants: T.K.Oommen and Peter de Souza

European Participants: Maurice Olender, Patrick Deshayes :

Maurice Olender will present an argument which prepares for and announces the subsequent debate on the “making of the other”, based on the representations of the Indian world in European human sciences and philosophy, between ideology and myth, to be debated with the Indian participants

Other Participants: Wang Mingming (to be replaced), Moussa Sow, Ali Paya

Chair/Moderator: T.K.Oommen

1245-1345: Lunch.

1345-1500: Second Thematic Session: Dream and Knowledge of the Other:

Here the cultural and linguistic contexts would provide the perspective.

This second theme, picking up the thread from the first, will attempt to place in perspective different concepts and models of knowledge, notably from the point of view of language and literature as well as exchanges in the past, in different cultural contexts

Within this theme could take place a debate on the ‘dream of the other’, how Europe, Africa, China ‘dream’ India (or of India). How does India dream Europe and its relationship with Europe? Linked to this are the notions of the ‘character of languages’ and of the ‘genius of languages’. This would lead also to the concept of knowledge itself and to modes or cultures of knowledge.

Key Concepts : The same key concepts (reciprocal knowledge, harmony, order and disorder/chaos) will be dealt with from the point of view of culture and literature.

Co-responsables/Joint Coordinators: Nicole Lapierre / Rukmini Bhaya Nair

Indian Participants : Upamanyu Chatterji, Rajendra Dengle, GV Prabhu Gaunkar.

European Participants: François Nizery (EU), Alain Tapié, Thierry Baffoy,

François Nizery (EC), will make a presentation about the concept of proximity….. (to be checked)

Other Participants: Wang Mingming, Moussa Sow, Ali Paya

Chair/ Moderator: Martina Ghosh

1500-1515: Break

1515-1630: Third Thematic Session: The Political Debate

Key Concepts: Reciprocal Knowledge, Harmony, Order and Disorder/Chaos in the relations between nations and in the context of a globalising world in search of multipolarity. Relations between India and Europe would obviously occupy a central place in this debate, which could also encompass the key concepts of Empire and Universality.

Co-responsables/Joint Coordinators : Mario Telo / Varun Sahni

Indian Participants: Balveer Arora, Gulshan Sachdeva

European Participants: (to be decided)

Other Participants: Wang Mingming, Moussa Sow, Ali Paya

Chair/Moderator: Balveer Arora

1630-1730: Valedictory Session

Panel Discussion

The idea here is to pick up the main threads of the discussion from the three thematic sessions and to also open the debate to students after brief presentations by four or five panelists.

Indian Participants: T.K.Oommen, Upamanyu Chatterjee,

European Participants: (to be decided)

Other Participants: (to be decided)

Co-Chairs / Moderators: Alain le Pichon and Balveer Arora

2000: Dinner Reception hosted by Bozar

Tribune d’Umberto Eco, publiée dans l’Espresso

Tribune d’Umberto Eco, publiée dans l’Espresso

Espresso, « la bustina di Minerva » Octobre 2006

Intégration à la base

L’expérience de Transcultura, des rencontres entre initiés à la formation de jeunes étudiants. Ou comment leur apprendre à s’insérer dans un monde nouveau sans y perdre leurs racines.

Dans une Bustina précédente, je me lamentais que personne ne prenne la peine d’enseigner aux immigrants nouvellement arrivés un usage correct de l’emploi du « tu » et du « vous », sachant que donner du « tu » à tout le monde indistinctement vous classe immédiatement comme indigent linguistique et culturel, évoquant le souvenir du terrible « si, patron » (en italien : « zi badrone »).

Mais le problème n’existe pas seulement pour ceux qui autrefois vendaient des bijoux de pacotille et maintenant vendent des livres ou de faux Vuitton sur les trottoirs. En France, on s’est rendu compte que chez les jeunes, d’origine familiale non française, mais aujourd’hui citoyens de la République, et même parmi ceux qui ont obtenu, non sans mal, leur baccalauréat, et qui ont eu la chance de se faire orienter vers une formation courte de trois années censée leur garantir une insertion professionnelle rapide (ce qui, déjà, les exclut d’une formation universitaire supérieure), beaucoup se trouvent encore en difficulté. Il peut s’agir, aussi bien, de difficultés linguistiques que de retard culturel, dus au fait qu’ils n’ont pas encore assimilé les éléments de la culture que nous appellerons, pour faire vite, cartésienne. Preuve, s’il en fallait, que l’enseignement secondaire ne suffise pas, ni même que l’université ne les empêche de rester des diplômés de secondes catégories.

J’ai déjà souvent évoqué une organisation nommée Transcultura, qui s’occupe des confrontations mutuelles entre les cultures différentes, et qui, à l’origine, avait invité des anthropologues africains et chinois à décrire la vie de Paris et de Bologne, avec des résultats, pour nous, surprenants, comme s’ils avaient réécrit (mais cette fois non pas dans une fiction littéraire, mais réellement) les « Lettres Persanes » de Montesquieu.

Depuis, Transcultura a organisé de nombreux voyages et séminaires itinérants dans des pays de culture non européenne, au cours desquels les chercheurs nationaux (africains ou chinois) confrontaient leurs points de vue à ceux des chercheurs occidentaux, sur des réalités qu’ils rencontraient ensemble, mais dans une optique, de toute évidence, bien différente. Aujourd’hui, Transcultura cherche à passer de ces rencontres entre initiés à des formations intéressant la base.

C’est ainsi qu’est né ce programme de formation pour étudiants en première année d’université qui n’ont pas surmonté les difficultés dues aux différences culturelles, pour les amener à analyser leurs problèmes et à les analyser à travers un travail de groupe. Si le projet est destiné, en premier lieu, à des étudiants d’origine non européenne, il s’adresse aussi aux jeunes français qui, en raison de leurs origines sociales, rencontrent des problèmes similaires. Et de cette confrontation réciproque, devrait surgir une prise de conscience de ces différents problèmes.

Il paraît évident qu’il doit s’agir d’un enseignement linguistique. Pensez simplement à ce que représente l’usage en français du subjonctif (question non seulement grammaticale, mais qui met en jeu des processus cognitifs spécifiques). Mais j’ai demandé en quoi les mathématiques pouvaient également être concernées. On m’a expliqué que, par exemple, les jeunes Peuls (une ethnie diffuse dans tout l’Ouest Africain, du Mali au Nigeria, du Cameroun au Burkina Faso), montraient une aptitude aux mathématiques qui pouvait être attribuée au caractère propre de leur langue. Celle-ci (et je me réfère là à ce qui m’en a été dit, sans exprimer de jugement compétent) excellerait dans les jeux de langage, un peu comme ceux qu’on trouve dans la tradition hébraïque, avec ces jeux de permutations, anagrammes et autres, grâce auxquels les locuteurs se trouvent singulièrement préparés à affronter tous exercices combinatoires, acquérant donc ainsi une forme d’esprit logicomathématique. Ces travaux de groupe permettant que ces jeunes acquièrent ainsi non seulement des notions de base sur la culture française, mais aident aussi les autres, à travers la compréhension de leur culture d’origine, à se frotter à des modèles de connaissance différents.

Comme on le voit, le défi est de taille, l’éducation visant une insertion complète ne devrait pas venir seulement d’en haut, elle devrait surgir à la base, et la transmission du savoir ne serait pas seulement unilinéaire : ce qui revient à dire qu’elle ne se limiterait pas à expliquer ce que signifie être français, mais que les cultures d’origine s’éclaireraient de leur fréquentation mutuelle et qu’un jeune français, aussi bien qu’un jeune d’origine africaine pourraient comprendre quelque chose de nouveau au voisinage de la culture d’un jeune chinois.

08 novembre 2006

Transcultura

L'Institut International Transcultura est un réseau universitaire international, créé avec le soutien de l’Union Européenne, en 1988, sous la forme d'une association (loi 1901) par Alain le Pichon et Umberto Eco, avec un groupe de chercheurs chinois et africains, à l'occasion du 9ème Centenaire de l'Université de Bologne.

07 novembre 2006

  • Conseil Scientifique :

Umberto ECO, Jacques LEGOFF, Alain LE PICHON, , , Maximilian HERBERGER, Mario TELO, Nicole LAPIERRE, Alain REY, Antoine DANCHIN, Patrick DESHAYES, Thierry BAFFOY, Joël VALLAT, Jean Marc LEVI- LEBLOND, Jose Antonio de ROTA, Ahmed DJEBBAR, Moussa SOW, Balveer ARORA, Drhuv RAINA, Prabhu GAUNKAR, Shubadha JOSHI , Ali PAYA, YUE Dayun, ZHAO Tingyang, WANG Mingming, MAO Yuhang, Mame Kouna SENE,

Steering Committee : Umberto Eco, Alain le Pichon, Maximilian Herberger, Moussa Sow, Zhao Tingynag, Ali Paya, Balveer Arora, Shigemi Inaga (un représentant par pays européen et par aire culturelle non européenne)

Associé : Patrick Deshayes

  • Président du Conseil Scientifique : Umberto ECO
  • President de l’Institut Transcultura : Alain LE PICHON
  • Vice Présidents : Thierry BAFFOY, Patrick DESHAYES

Institut International Transcultura Université de Paris 8, 2 Rue de la Liberté 93526 Saint Denis Cedex France

Président : Alain le Pichon : Université de Paris 8 2 Rue de la Liberté 93526 Saint Denis Cedex France

Tel. 00 33 1 42783564 email : lepichon@wanadoo.fr

Présentation

L’institut Transcultura a pour objet :

- de confronter et développer, dans une approche de connaissance réciproque, les méthodologies transculturelles et les technologies de communication qui peuvent aider à les promouvoir ;

- de débattre des différentes acceptions des mots et concepts clés dans les relations internationales, selon les grandes aires culturelles (Inde, Chine, Iran, Monde Arabe, Afrique Sub-Saharienne, Europe), préparant ainsi l’édition des Cahiers de l’Encyclopédie Transculturelle des Mots et Concepts clés.

Le réseau international de Transcultura

Le réseau de l’Institut rassemble dans un « think-tank transculturel » international, chercheurs et experts indépendants (Asie, Afrique et Monde Arabe). Procèdant d’une première action, menée avec six chercheurs d’Afrique de l’Ouest, « Ethnologie de la France par des chercheurs du Tiers Monde » (1982-86), appliquée aux relations euro-africaines, il s’est ensuite ouvert à la Chine, en associant des chercheurs de l’Université de Canton à une étude anthropologique de la société italienne « Sguardi venuti da lontano » (1992). Le séminaire itinérant euro-chinois, « Malentendus dans la recherche de l’Universel », de Canton à Pékin par la route de la soie (1993), interrogeait les représentations réciproques des cultures européennes et chinoises (La licorne et le dragon Presses de l’Université de Pékin, 1996).

Transcultura a organisé au Parlement Européen, à Bruxelles, le 15 Novembre 2001, les Premières Assises Internationales de la Connaissance Réciproque, sous le patronage de Romano Prodi et la présidence scientifique d’Umberto ECO. En conclusion des Assises, a été proposée la création d’un Observatoire Transculturel Européen, initiative soutenue par la Commission Européenne.

Ce réseau d'observation réciproque entre cultures européennes et non européennes permettra de répondre à cette exigence croissante d'une connaissance réciproque entre les cultures qui constitue l'un des axes majeurs de l'action culturelle internationale que veulent promouvoir nos deux pays dans les relations de l'Union Européenne avec les grandes aires de cultures non européennes. Il s'organise autour de trois axes principaux :

Euro-Asiatique :

- Chine : Tsinghua /Université de Pékin / Académie des Sciences Sociales

- Inde : IIT Bombay, Université Nehru - Dehli

- Iran : Université de Téhéran

Euro-Méditerranéen : Université d'Alger, Université de Rabat

Euro-Africain : Institut des Sciences Humaines - Bamako, Mali

La création des Observatoires Transculturels revient, pour l’Union Européenne, à se doter d’un instrument d’analyse et de concertation : observation mutuelle des situations de crise identifiées dans les relations avec nos partenaires non européens, et analyse réciproque des mots et concepts clés (incluant la publication des Cahiers de l’Encyclopédie Transculturelle). L’Observatoire Transculturel, rassemblant les analyses du réseau constitué de couples d’experts européens et non européens, mettra ainsi à la disposition de l’Union Européenne les bases de données régulièrement renouvelées de ses observations.

Ce programme très innovateur de dialogue et de connaissance réciproque entre les cultures européennes et non européennes (Inde, Chine, Afrique, Monde Arabe, Iran) propose une alternative aux attitudes inspirées par la théorie du choc des cultures qui prévaut outre atlantique.

De même, cette approche multilatérale, associant au réseau de l’Observatoire, et sur le terrain même de leur implantation dans la société française, les jeunes issus de migrations d’origine culturelle différentes, nous semble une clef pour une meilleure appréciation des conditions de leur intégration.

l’Observatoire Transculturel Européen

Le réseau Transcultura rassemble dans un « think-tank transculturel » international, chercheurs et experts indépendants (Asie, Afrique et Monde Arabe).En partenariat avec les Universités Européennes (Bologne, Paris 8, Paris 7, Sarrebrück, La Coruna), Chinoises (Université de Pékin, Tsinghua, Académie des Sciences), Indiennes (Nehru University Dehli, IIT Bombay) et Africaines (Institut des Sciences Humaines Mali), ces travaux ont donné lieu à nombre de colloques et de publications et à la création d’une Revue Transcultura en coédition franco chinoise.

Il a organisé au Parlement Européen, à Bruxelles, le 15 Novembre 2001, avec le soutien de la Commission Européenne les Premières Assises Internationales de la Connaissance Réciproque, sous le patronage de Romano Prodi et la présidence scientifique d’Umberto ECO. Les Deuxièmes Assises ont eu lieu en Inde (IIT, Bombay, JNU, Delhi, IFP Pondichéry), en Octobre 2005. Les Troisièmes Assises auront lieu à Pékin (Académie Chinoise des Sciences Sociales), en Nov. 2006.

Création de l’Observatoire Transculturel Européen (OTE)

En conclusion des Assises, a été proposée la création d’un Observatoire Transculturel Européen : travaillant par couples d’observation constitués entre chercheurs européens et non européens, l’OTE a pour objet l’analyse transculturelle des questions clés qui résultent de la rencontre et de la confrontation de nos cultures avec les cultures non européennes.

L’originalité de Transcultura est double : Dans ses fins, l’Institut développe des méthodologies transculturelles d’analyse applicables aux différentes situations et aux contextes interculturels, dans les échanges culturels, scientifiques ou économiques. Dans ses moyens, il prend en compte la perception qu’ont de l’Europe ses partenaires de culture non européenne en Asie (Chine, Iran) et en Afrique (Maghreb, Afrique de l’Ouest), et les regards réciproques qui en résultent.

· Aboutissement de la réflexion développée lors des travaux des “ Premières Assises Internationales de la Connaissance Réciproque ”, l’Observatoire Transculturel Européen vise à doter l’Europe d’un instrument de réflexion et d’observation des grandes tendances qui se manifestent dans le tissu de ses relations avec ses partenaires des aires non européennes au plan culturel, scientifique et économique.

· La création de l’OTE s’inscrit ainsi dans le cadre de la réponse globale de l’Union Européenne aux défis et aux exigences de ce qu’il est convenu d’appeler “ l’après 11 septembre ”. Comment les cultures du monde méditerranéen, indien, africain ou chinois perçoivent-elles l’Union Européenne ? Qu’en attendent-elles ? Quelles doivent être les conditions d’un partenariat équilibré avec les États et les sociétés civiles inscrits dans ces aires culturelles ? Quelles sont entre elles les affinités et les tensions ?

L’originalité du projet OTE est qu’il repose sur un réseau de relations d’observations et d’analyses procédant, à l’opposé du concept de “ choc des cultures ”, d’une disposition de connaissance réciproque, fondée sur le respect et l’enrichissement mutuels. L’organisation de l’OTE, construite sur le principe général de “ double transversalité ” culturelle et disciplinaire s’articule ainsi autour de quatre “ Dialogues Transculturels ” : euro-méditerranéen (euro arabe, euro turc et euro iranien), euro indien, euro-africain et euro chinois.


Le réseau des Observatoires Transculturels, mis en place par l’institut Transcultura, résulte d'une initiative Franco-Allemande, fédérant autour d'Umberto Eco et l'Institut d'études supérieures de l'Université de Bologne, l'Université de la Sarre, et un réseau d'universités françaises, autour de l’Université de Paris 8, en partenariat avec le Lycée Louis Le Grand (associant les élèves des classes préparatoires).

L'Institut d'Informatique et Droit de l'Université de la Sarre, sous la direction du Prof. Maximilian Herberger, qui est membre du Conseil Scientifique de l'Institut Transcultura, participe de façon active à ce programme. Il assure notamment la coordination du programme financé par l’Union Européenne (Europe Aide) pour la création d’un Observatoire Transculturel Européen, basé à Merzig (Sarre) et la mise en oeuvre du réseau des Observatoires Transculturels, en Inde (OTI), au Mali (OTA) et en Chine (OTC, en projet).


Site Transcultura